skip to Main Content
Jetez Votre Filet De L’autre Côté

Jetez votre filet de l’autre côté

[par Kurt Maeyens, directeur pour les ministères néerlandophones et germanophones]

En ce moment, la MEB cherche activement à savoir comment Dieu veut se servir d’elle pour apporter l’Evangile à notre société contemporaine. Au milieu de nos réflexions, nous avons été marqués par ce verset de Jean 21:6 : « Jetez le filet du côté droit de la barque et vous trouverez. » Imaginez-vous. Les disciples sont en train de pêcher sur la mer de Galilée et n’ont rien attrapé. C’est alors que quelqu’un leur crie de la rive : « Avez-vous du poisson pour accompagner mon morceau de pain ? » « Non », lui crient-ils. « Alors, jetez le filet de l’autre côté. » Et ils le font, même s’ils reviennent bredouilles de leur pêche nocturne, même s’ils ne savent pas encore qui est leur interlocuteur.

Jésus nous appelle à quitter notre zone de confort et à jeter notre filet de l’autre côté. Dieu veut que nous soyons ses mains et ses pieds, que notre identité en lui brille aux yeux de tous, que nous soyons émus par le sort de ceux qui ne le connaissent pas encore. Dieu est triste de nous voir consommer dimanche après dimanche. Son cœur saigne lorsque nous cherchons avant tout à asseoir notre bien-être. Il nous crie de jeter notre filet de l’autre côté. Ne voyez-vous pas les âmes qui se perdent dans ce monde ? Sortez de votre bulle ! N’est-ce pas l’exemple de vie que Jésus nous a laissé lorsqu’il est venu sur terre (Phil. 2 :5-8) ? Noël nous apprend que Jésus a quitté son ciel de gloire, sa zone de confort pour prendre l’apparence d’un frêle petit bébé. Il a laissé tous ses droits divins pour venir sauver un monde en perdition. Touché en plein cœur, il a donné ce qu’il avait de plus cher : son propre fils. Le Dieu trinitaire a jeté le filet de l’autre côté.

Il nous appelle à en faire de même. Jetez votre filet de l’autre côté. N’ayez pas peur de quitter votre petit monde chrétien et allez dans le monde. Partez à la recherche des cœurs que Dieu a préparés d’avance. Demandez lui où il veut que vous fassiez la différence. Mon plus cher désir est que nous puissions influencer pour le bien la société dans laquelle nous vivons, parce que nous plaçons notre confiance en Dieu, parce que nous aimons notre prochain.

Joyeux Noël !

Back To Top